Gateway Keyvisual

Professions A-Z

Collaborateur/-trice dans la coopération au développement

transmettre, communiquer, discuter, traiter, aider, accompagner, soutenir

Collaborateur/-trice dans la coopération au développement

Description

Les collaborateurs et les collaboratrices dans la coopération au développement fournissent une aide humanitaire ou un travail de développement et interviennent dans différents domaines tels que la technique et le bâtiment, la santé, l'agriculture et la sylviculture, etc.

Dans les zones de guerre, les camps de réfugiés ou les zones sinistrées, ces spécialistes analysent les besoins en alimentation, mettent en place des programmes nutritionnels, organisent la distribution et l'aide d'urgence. Ils assurent l'approvisionnement en eau et les installations sanitaires sur place. Ils s'engagent à fournir une aide médicale d'urgence et des structures de soins, à lutter contre les épidémies par la vaccination et à aider à la recherche de personnes disparues ou à la réunion de familles. Ils organisent les transports, le stockage et la distribution des marchandises et bien plus encore.

Il s’agit toujours, en collaboration avec les habitants du pays en voie de développement concerné, de faire en sorte qu’à l’avenir ceux-ci soient capables de subvenir eux-mêmes à leurs besoins fondamentaux.

Quoi et pourquoi?

  • Afin que des abris d'urgence, de l'eau potable, de la nourriture et des installations sanitaires soient disponibles dans les régions en crise, le collaborateur dans la coopération au développement organise des transports de personnes et de biens et soutient l'infrastructure.
  • Afin que la démocratie soit renforcée dans un pays émergent ou en développement, la collaboratrice dans la coopération au développement s'implique de manière ciblée et contribue à une gouvernance transparente et efficace.
  • Afin d'augmenter le produit intérieur brut d'un pays émergent ou en développement, le collaborateur dans la coopération au développement établit des méthodes de culture agricoles respectueuses de l'environnement et soutient, grâce à ses connaissances, l'exploitation durable des forêts.
  • Afin que les entreprises d'un pays émergent ou en développement deviennent compétitives, la collaboratrice dans la coopération au développement veille, dans son soutien, à la durabilité des chaînes de création de valeur, aux méthodes de production respectueuses de l'environnement et aux conditions de travail équitables.

Les faits

Admission
a) Formation achevée, de préférence un diplôme d'une HES ou d'une université;

b) plusieurs années d’expérience professionnelle;

c) très bonnes compétences en langues étrangères (français, anglais ou espagnol);

d) qualifications en gestion de projet, pédagogie, éducation des adultes, informatique.

Les conditions d’admissions varient; il est conseillé de ne pas choisir son métier en fonction d’un éventuel futur travail de coopérant au développement et aide humanitaire.
Formation
Il n'existe pas de formation reconnue. Selon le prestataire, 1 à 4 ans.

Certaines hautes écoles spécialisées proposent des études avec une orientation internationale, par exemple BSc HES en agronomie avec approfondissement en agriculture internationale, MA HES en communication et management interculturels, CAS, DAS et MAS sur des thèmes de la coopération au développement.
Les aspects positifs
L'aide humanitaire est nécessaire là où les gens souffrent : dans les zones de guerre, dans les camps de réfugiés, dans les régions sinistrées. Les collaborateurs et collaboratrices dans la coopération au développement se rendent courageusement sur place et font le bien. La recherche de la paix et de la justice sociale est toujours au centre de leurs efforts.
Les aspects négatifs
Les conditions de travail varient en fonction du pays d'affectation, de l'organisation et de la mission. Les contrats de travail sont généralement à durée déterminée et le recrutement lors des missions humanitaires se fait parfois à très court terme. Dans les régions en crise, il n'est souvent pas possible d'emmener son ou sa partenaire et ses enfants. Le marché du travail se caractérise par un grand nombre de personnes intéressées et une offre réduite de postes.
Le travail au quotidien
Les collaborateurs et collaboratrices dans la coopération au développement travaillent pour des institutions et des organisations privées, ecclésiastiques et gouvernementales. Ils s'engagent dans des zones de crise et de catastrophe ou dans des projets de développement. Leur mission dure généralement entre trois mois et un an.

TOP 10 requis

Egalement important: vue d’ensemble d’un réseau global, intérêt pour la politique de développement, sens de la coopération, acceptation de missions de 2 à 3 ans et ouverture d’esprit vis-à-vis de rencontres interculturelles.

important
important
indispensable
très important
indispensable
indispensable
très important
très important
indispensable
important

Plans de carrière: Collaborateur/-trice dans la coopération au développement

Formation continue dans son propre métier et par des voyages, apprentissage de langues étrangères.

Chef/fe de projet

Collaborateur/-trice dans la coopération au développement

Diplôme d'une HES ou d'une université (voir admission)